osteel's blog Chroniques d'un autre breton diasporique

Gaspésie, 1ère partie : le lévrier, la jardinière et les crustacés

Note de service

Les circonstances étant ce qu'elles sont, 2020 sera difficilement l'année de l'aventure et de l'évasion. Elle prend ainsi le contre-pied de 2019 qui, comme anticipant cet état de fait, fut au contraire plutôt chargée en la matière : d'un séjour au Costa Rica nous permettant d'échapper temporairement à l'hiver montréalais, à une incursion dans le nomadisme numérique aux États-Unis, en passant par l'un des road trips emblématiques du Québec, nous avions en effet constitué sans le savoir une réserve d'expériences qui allait s'avérer salutaire au regard de la pénurie à venir.

Voici donc, plus d'un an après, un compte-rendu de notre tour de la Gaspésie qui, s'il est écrit depuis mon canapé, me permet ainsi d'y retourner, un peu.

Montréal, dimanche 7 juillet 2019

Le poids de mon sac à dos m'entraine de gauche à droite comme un transfuge de classe alors que je dévale la rue Berri au pas de course, mon panama vissé sur la tête et mes lunettes de soleil en équilibre précaire sur mon nez, inexorablement emportées par la force de gravité. Mon menton repose sur le sac de la tente repliée au creux de mes bras, me permettant tout juste de voir où je mets les pieds ; nous sommes le dimanche 7 juillet, le mercure flirte avec la barre des trente degrés, et le bus marquant le coup d'envoi de nos vacances s'en va dans cinq minutes.

Au programme : un tour de la Gaspésie, cette grande péninsule du centre-est de la province constituant l'une des destinations phares du Québec. Afin de nous épargner une partie de la route, nous avons décidé de faire les quelque 550 km qui nous séparent de Rimouski en bus, où nous passerons la nuit avant de louer une voiture, reprenant ainsi notre exploration là où nous l'avions laissée un an plus tôt.

Essoufflé, je retire mon panama et tends le bras au-dessus de ma tête pour augmenter le débit de la ventilation. Les vibrations du moteur se propagent jusque dans nos sièges, puis s'intensifient alors que le bus flanqué d'un lévrier enclenche la marche arrière, se dégage de son quai, puis rejoint la sortie de la gare pour venir se mêler au trafic montréalais.

Quelques minutes plus tard, nous sortons de l'île au niveau de Longueuil, puis nous nous engageons sur la route 132, sur laquelle nous resterons pendant les deux prochaines semaines.

Lundi 8 juillet 2019

Le tour de la Gaspésie représente une boucle de 885 km que nous avons décidé d'entreprendre par le nord, dans le sens des aiguilles d'une montre. Notre première étape sont les Jardins de Métis, des jardins à l'anglaise créés par Elsie Reford au milieu du XXè siècle, faisant passer cette femme issue de la bourgeoisie canadienne à la postérité.

Jardins de Métis 1 Jardins de Métis 2 Jardins de Métis 3 Jardins de Métis 4

Le fait est que Mme Reford aurait probablement un peu le seum que l'on se souvienne surtout d'elle pour ses jardins – charmants au demeurant – alors qu'elle a consacré la majeure partie de sa vie à la philanthropie ; qu'elle a milité en faveur de l'implication des femmes dans la vie politique (par la création du Women’s Canadian Club of Montreal, premier club de femmes au Canada), et qu'elle s'est illustrée en tant que traductrice bénévole en Angleterre pendant la Première Guerre Mondiale, avant de soutenir les infirmières du Victorian Order of Nurses à son retour, entre autres activités résolument engagées.

Jardins de Métis 5

Vous avouerez tout de même que ses pavots bleus sont remarquables

Au cœur de ces jardins se trouve aussi la Villa Estevan, où Elsie Reford passa de nombreux étés et qui abrite aujourd'hui un restaurant proposant un menu agrémenté de fleurs, histoire de rester dans le thème.

Jardins de Métis 6 Jardins de Métis 7

En fin de journée, nous plantons notre tente au parc de la rivière Mitis voisin, qui s'avèrera être le campement le plus minimaliste du séjour.

Parc de la rivière Mitis 1

Équipement sur place : un robinet et une toilette sèche

Parc de la rivière Mitis 2

La nuit et la température tombent soudainement, nous ramenant brusquement à la réalité de notre nouvelle latitude. Puis la météo vire carrément au cauchemar, nous poussant à prendre la voiture pour nous rendre à Mont-Joli sous une pluie battante, et à nous réfugier dans un diner le temps que ça se calme.

On n'est pas venu là pour souffrir.

Mardi 9 juillet 2019

Réveillés par le froid et par une bande de corbeaux ayant décrété que leur forum matinal se tiendrait au-dessus de nos têtes, nous descendons sur la grève prendre notre petit déjeuner puis nous nous mettons en route pour le parc national de la Gaspésie.

Nous longeons la côte sur quelques kilomètres et, pour une raison qui m'échappe encore, nous décidons de nous arrêter à Matane. Après avoir laissé la voiture sur le parking vide d'un cinéma, nous arpentons quelques rues tout aussi désertes du centre-ville et parvenons rapidement à la conclusion que, sans être désagréable, le chef-lieu de la Matanie n'a malheureusement pas grande matière à s'attarder.

Matane

Matane

En parcourant les quelques panneaux d'information que nous trouvons par hasard au bord de la rivière du même nom, nous apprenons tout de même qu'il s'agit de la plaque tournante québécoise de la crevette, et ça, ce n'est pas rien.

Nous reprenons la route et nous arrêtons à Sainte-Anne-des-Monts pour déjeuner, qui est aussi l'endroit où nous quittons temporairement la côte pour rejoindre le parc national de la Gaspésie, situé un peu plus dans les terres.

Sainte-Anne-des-Monts

Sainte-Anne-des-Monts

Après avoir manqué l'entrée du parc trois fois de suite, nous trouvons finalement le camping et plantons notre tente au milieu d'une armée de moustiques, que nous repoussons tant bien que mal à l'aide de bâtons d'encens achetés à l'accueil.

Gaspésie, 2ème partie : monts et merveilles


Infos pratiques

Le site de la gare routière de Montréal. Le réseau ferroviaire canadien étant limité et couteux de manière générale, voyager en bus reste une option populaire et abordable.

Le site des Jardins de Métis, et celui du parc de la rivière Mitis (pour les puristes du camping).

La page Facebook du resto-bar le Frédérike à Mont-Joli, où l'on s'est réfugié pendant le déluge. S'il n'a rien d'extraordinaire, il a cette atmosphère caractéristique des diners routiers, ce qui est une expérience en soi.

À Sainte-Anne-des-Monts nous avons déjeuné au Marie 4 Poches, un petit café discret aux tartes excellentes.

Comme le parc national de la Gaspésie est un parc Sépaq, les réservations de camping se font directement depuis le site. L'accès à ces parcs est payant, soit ponctuellement, soit en achetant une carte pour l'un ou l'ensemble des parcs, incluant un accès illimité pendant douze mois.

Posted by osteel on the :: [ voyage quebec gaspesie canada ]

Newsletter

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien tout en bas des emails.
En cliquant sur M'inscrire, vous reconnaissez que votre adresse email va être envoyée à Mailchimp pour y être traitée.
Cliquez ici pour en savoir plus sur les pratiques de confidentialité de Mailchimp.

Réactions