osteel's blog Chroniques d'un autre français à Londres Montréal

Costa Rica part 11 : ¡ Pura Vida !


Costa Rica part 10 : Santa Teresa


Jeudi 4 avril 2019

Je n'ai pas grand chose à dire sur Jacó. Planifiée comme une simple étape entre Santa Teresa et San José, la ville se contentera parfaitement de ce rôle, sans jamais vraiment nous inciter à creuser davantage. Appréciée des surfeurs, elle n'a malheureusement ni le charme de Samará ni celui de Santa Teresa, et sa plage, bien que propre et entretenue, n'a pas non plus le côté sauvage et brut de celles de ses homologues de l'ouest, de l'autre côté du Golf de Nicoya.

Jacó 1

Son littoral est une succession de terrains vagues et de complexes hôteliers plus ou moins luxueux, ces premiers attendant probablement que l'on vienne y construire ces derniers ; l'avenue Pastor Diaz, artère commerciale de la ville, regorge de boutiques de souvenir, d'hôtels et de commerces en tout genre, semblant tous diffuser la même compilation douteuse de tubes internationaux repris façon reggae.

Jacó 2

Conformément à sa réputation de ville où l'on fait la fête, on y trouve également un grand nombre de bars et de clubs et, la nuit tombée, de dealers à la discrétion toute relative. Allant dans ce sens, la fréquentation de ses rues change à mesure que le soleil se couche, des groupes de touristes globalement plus âgés laissant progressivement place à une population plus jeune.

Jacó 3

En résumé, si Jacó n'est pas désagréable en soi elle n'a pas non plus retenu notre attention outre mesure, la seule réelle surprise en ce qui me concerne étant venue de la forte présence de street art aux quatre coins de la ville.

Jacó 4 Jacó 5 Jacó 6 Jacó 7 Jacó 8

Vendredi 5 avril 2019

Nos imposants sacs sur le dos, nous slalomons tant bien que mal entre les passants tout en prenant garde de ne pas piétiner les étalages des vendeurs à la sauvette. Entre deux sculptures de Jorge Jiménez Deredia, des tickets de loterie s'achètent à même le trottoir pendant que des rabatteurs enthousiastes partagent leurs incroyables deals au micro. Distrait, un gamin laisse tomber ce qui ressemble à une pile de prospectus qu'il tente de ramasser en vain, pressé par sa mère visiblement attendue quelque part ; plus loin, un autre laisse s'échapper un ballon de baudruche rattrapé in extremis par une dame aux réflexes affûtés, pendant que des clowns et autres artistes de rue divertissent les passants contre un peu de monnaie.

L'après-midi vient juste de débuter son service, et la Avenida Central de San José grouille d'une activité qui vient quelque peu désavouer notre perception initiale de la ville.

San José 1 San José 2

Nous nous enregistrons au même hôtel que deux semaines auparavant puis nous ressortons à la hâte, encouragés par la perspective de découvrir la capitale costaricaine sous un nouveau jour.

Au détour d'un croisement, nous tombons par hasard sur la Calle 17, une rue offrant des espaces pour que des artistes locaux puissent s'exprimer librement, leur art contribuant ainsi à rendre la ville plus agréable.

San José 3 San José 4 San José 5 San José 6 San José 7

Comme le soleil commence de nouveau à décliner, le ciel prend une teinte rosée qui se répand sur les murs de la ville, contribuant à lui donner une nouvelle atmosphère plus tranquille, loin du tumulte de la Avenida Central.

San José 8 San José 9 San José 10 San José 11

Nous passons le Parque Nacional et le Museo de Arte y Diseño Contemporáneo, puis nous remontons la Calle 15 pour atteindre le bien nommé Café de los Deseos, accédant lui aussi à notre désir de donner à San José une seconde chance, et d'aller au-delà d'un premier jugement peut-être un peu hâtif.

Nous terminons ainsi ce généreux séjour costaricain, à déguster une bière locale sous les lumières tamisées d'un café créatif, finissant de dévoiler cet autre visage d'un pays décidément plein de surprises.

Costa Rica


Infos pratiques

Jacó a tout de même quelques bonnes adresses pour elle : nous avons notamment beaucoup apprécié les petits déjeuners de Costa Juice, et la cuisine argentine de El Novillo Alegre.

À San José, nous avons beaucoup aimé l'atmosphère du Cafe de los Deseos, ainsi que leurs pizzas et leurs bières artisanales.

Enfin, nous avons réalisé sur le tard que pour rejoindre l'aéroport, il est possible de prendre un Uber, ce qui revient à bien moins cher qu'un taxi (environ 12$ contre 30$).

Posted by osteel on the :: [ voyage costarica jaco sanjose ]

Ça vous a plu ?

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien tout en bas des emails.
En cliquant sur M'inscrire, vous reconnaissez que votre adresse email va être envoyée à Mailchimp pour y être traitée.
Cliquez ici pour en savoir plus sur les pratiques de confidentialité de Mailchimp.

Réactions