osteel's blog Chroniques d'un autre français à Londres Montréal

New York part 3 : Eendraght Maeckt Maght*

New York part 2 : People On The High Line

Mardi 24 avril 2018

Il y a de cela près de quatre siècles, entre 1645 et 1661, une bande de colons néerlandais établirent six villages sur la côte ouest de ce qui allait devenir Long Island, en ayant pris soin de massacrer la population locale dans un premier temps (c'est que, voyez-vous, il ne fallait pas se trouver là). L'objectif était d'asseoir la présence des Pays-Bas dans la Nouvelle-Néerlande, après l'établissement de la Nouvelle-Amsterdam sur l'île de Manhattan.

L'une des six nouvelles colonies fut baptisée Breuckelen.

Quelque 350 ans plus tard, nos joyeux colons ont troqué leurs sandales pour des Converse et délaissé leur Heineken importée pour une IPA brassée au coin de la rue par un type qui répare aussi des vélos.

Breuckelen a quant à elle changé plusieurs fois de nom pour finalement devenir Brooklyn qui, vous l'aurez compris, est notre visite du jour.

Brooklyn Bridge 1

Et nous débutons la découverte de l'arrondissement le plus peuplé de New York au sud de Manhattan, entre Two Bridges et le Financial District, de l'autre côté du Brooklyn Bridge.

Brooklyn Bridge 2

Le pont offre une promenade des plus agréables, même s'il y a un peu de monde et une moyenne de dix selfies par mètre carré. Nous avons encore une belle matinée devant nous, et le bleu du ciel se reflète dans les façades de la skyline new-yorkaise.

Brooklyn Bridge 3 Brooklyn Bridge 4

De l'autre côté de la East River, on débouche sur le pied du Manhattan Bridge voisin, que l'on longe jusqu'au Main Street Park avant de déjeuner sur le Empire Fulton Ferry State Park (qui a probablement un diminutif que je ne connais pas).

Brooklyn Bridge 5 Brooklyn Bridge 6

Chill

Brooklyn Bridge 7 Brooklyn Bridge 8

Puis nous entreprenons de marcher jusqu'à Bushwick, un autre quartier de Brooklyn, jusqu'à ce que la réalité de l'échelle new-yorkaise se rappelle à la plante de nos pieds et que nous arrêtions un taxi.

Bushwick est un quartier populaire dont, de prime abord, on pourrait questionner l'attrait touristique ; ce serait passer à côté du fait que l'endroit est un peu le temple du street art new-yorkais.

Bushwick 1 Bushwick 2 Bushwick 3

Le lieu abrite en effet le Bushwick Collective, une galerie d'art extérieure dont le « conservateur » est Joe Ficalora, un enfant du quartier, et qui attire de nombreux street artistes locaux et internationaux.
Ces derniers donnent une seconde vie aux façades des entrepôts et des anciennes usines du secteur, ainsi que celles des boutiques désormais installées là. Le tout dégage une vibe très communautaire qui n'est pas sans me rappeler le Hackney Wick londonien.

Bushwick 4 Bushwick 5 Bushwick 6

On saute ensuite dans un métro pour se rendre à Williamsburg, un autre quartier de Brooklyn situé à quelques stations de là.

Si Bushwick est le Hackney Wick de New York, Williamsburg est son Shoreditch : dès la sortie du métro, ça sent le café équitable péruvien, la VHS et le vieux tourne-disque, et on croit percevoir au loin le tintement régulier des cuillères dans les bols du cereal bar local.

Bref, c'est pas mal hipster (mais on a déjà dit qu'on aimait bien ça).

Williamsburg 1 Williamsburg 2

Le street art n'y est pas en reste non plus, et arpenter les rues de Williamsburg me ramène tout droit sur les pavés de Brick Lane, ce qui me fait immensément plaisir.

Williamsburg 3 Williamsburg 4

Évidemment, il y a un Rough Trade

Williamsburg 5

On s'arrête boire des bières et manger des cacahuètes comme des gros sales au Skinny Dennis, ce qui au passage me permet d'apprendre le terme honky-tonk (en gros, un bar un peu brut qui passe de la country).

Williamsburg 6 Williamsburg 7

Jeter ses coquilles par terre, un plaisir simple de la vie

On est plutôt bien calés et un groupe se prépare à jouer dans un coin du bar, mais l'heure est venue de notre réservation au Nitehawk Cinema, un ciné local mélangeant classiques et nouveautés plus ou moins indépendantes, et qui offre un menu inspiré par les films actuellement à l'affiche.

On a arrêté notre choix sur The Death of Stalin, une comédie déjantée (ce mot est-il ringard ?) où l'entourage de Staline, joué par des acteurs anglais à la verve des plus britanniques, tente de tirer son épingle du jeu alors que le père des peuples est sur son lit de mort.

Désopilant.

Williamsburg 8

New York part 4 : Culture Overload

* Eendraght Maeckt Maght est la devise de Brooklyn, qui en gros signifie « L'union fait la force » en néerlandais


Pour aller plus loin

Nouvelle-Néerlande (Wikipédia).

La Guerre de Kieft (Wikipédia).

Pour davantage de clichés de street art, rendez-vous sur mon compte Instagram (allez viens, on est bien).



Infos pratiques

J'ai pris mon déjeuner au Luke’s Lobster, mais il y a aussi un Shake Shack et des pizzerias très bien notées au pied du pont de Brooklyn, côté Brooklyn (j'avais pas prévenu qu'on faisait une croix sur la diététique ?).

La page Facebook du Bushwick Collective.

J'ai vraiment apprécié le Skinny Dennis. Bonne bière, bonne vibe, et d'immenses cocktails.

Et j'ai encore plus apprécié le Nitehawk Cinema. Entre la séance, le repas et les cocktails, la note monte assez vite, mais c'est une expérience locale fort sympathique (il faut juste garder à l'esprit que les films sont diffusés en VO).


Posted by osteel on the :: [ voyage usa newyork brooklyn ]

Comments