osteel's blog Chroniques d'un autre français à Londres Montréal

Interrail part 7 : Knights of the Old Republic (Monténégro)

Interrail part 6 : on fait aussi les Bar Budva* (Monténégro)

Mardi 12 septembre 2017

Kotor, Monténégro

La météo nous avait promis un temps maussade mais c'est un grand soleil qui nous accueille lorsque l'on ouvre les volets, du coup on réserve un tour de bateau dans la baie de Kotor pour l'après-midi.

Kotor 2

Woke up like this

Ça nous laisse un peu de temps pour visiter la vieille ville, inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO et présentée comme l'une des plus belles du pays.

Kotor 3 Kotor 4 Kotor 5

Y'a pas à dire, ça a de la gueule. On se perd dans d'étroites rues pavées remplies de boutiques d'artisanat (et de conneries pour touristes) (pléonasme ?), de petits cafés et de restaurants (et d'un musée du chat), qui débouchent régulièrement sur de grandes places animées, entre des bâtiments en pierre d'où pendent de vieilles enseignes en bois et des bacs à fleurs, et qui résonnent du brouhaha des badauds et du son des cloches.

Kotor 6 Kotor 7 Kotor 8 Kotor 9

Et toujours autant de chats.

Les ruines d'une forteresse surplombent la ville (décidément), accessibles depuis un chemin rocailleux qui part du nord du vieux bourg.
On achète de quoi pique-niquer au marché avant d'entamer l'ascension.

Kotor 10 Kotor 11

La vue sur la baie est vraiment cool, bien que temporairement obstruée par un énorme bateau de croisière qui y a mouillé l'encre un peu plus tôt.

Putains de touristes.

Kotor 12

Sympathique vue sur la baie, où il est également possible d'apercevoir UN PUTAIN D'ENORME BATEAU

On rebrousse chemin avant d'arriver au sommet pour s'assurer d'être à l'heure pour le départ de notre tour sur la baie.

Kotor 13 Kotor 14

Notre premier arrêt est Our Lady of The Rocks, un îlot minuscule sur lequel se trouvent une église, des toilettes et une boutique de souvenirs #whatElse.

C'est mignon tout plein mais on en fait vite le tour (surtout quand on ne veut pas payer pour visiter l'église), et y passer une demie-heure est un peu excessif (c'est torché en dix minutes).

Kotor Our Lady of the Rocks 1 Kotor Our Lady of the Rocks 2 Kotor Our Lady of the Rocks 3 Kotor Our Lady of the Rocks 4 Kotor Our Lady of the Rocks 5

C'est d'autant plus dommage qu'on dispose du même temps pour visiter Perast, une ville côtière voisine qui pour le coup est bien plus intéressante, et surtout carrément sexy.

Perast 1 Perast 2 Perast 3

Non mais vraiment, cet endroit est incroyable. Sur le coup, on s'en veut terriblement de n'y rester que si peu de temps, et ce malgré la pluie qui est de retour.
Je recommanderais d'y passer au minimum une journée, voire également une nuit rien que pour pouvoir apprécier un petit déjeuner sur le port.

Perast 4 Perast 5 Perast 6 Perast 7

Meow

Le bateau nous redépose à Kotor en début d'après-midi, et comme la météo a encore complètement changé et qu'il fait désormais grand soleil, on traine dans les rues du vieux bourg avant de se poser sur un rooftop pour bouquiner tout en prenant l'apéro.

Kotor 15

Changement de température dans 3... 2...

Kotor 16 Kotor 17 Kotor 18 Kotor 19

Le soir venu, on arpente les rives de la baie et on s'arrête au Che Nova pour dîner.

Mercredi 13 septembre 2017

On retourne sur Bar en début d'après-midi, après avoir trainé une dernière fois dans Stari grad et déjeuné sur le port de Kotor : on doit y prendre un train de nuit pour retourner à Belgrade, où l'on a réservé un vol pour Athènes, les trains ne circulant pas à travers l'Albanie, le Kosovo ou la Macédoine (et les bus ayant l'air d'être un casse-tête sans nom).
En arrivant à Bar, on file à la gare réserver notre train, avec deux heures d'avance.

Sauf qu'il n'y a pas de train.

Je n'obtiendrai pas plus de détails mais il apparait que celui que l'on avait repéré en ligne a disparu, et que le prochain ne part que le lendemain matin. Sachant qu'on doit être à l'aéroport à 11h et qu'il y en a pour douze heures de train jusqu'à Belgrade, un rapide calcul mental nous indique qu'on l'a dans le cul.

On retourne un peu en panique à la gare routière où l'on nous apprend que tous les bus pour Belgrade sont complets. On demande s'il y a des bus qui partent de Podgorica, la capitale : on nous répond que oui, mais qu'ils n'ont pas les horaires et qu'ils ne sont pas disponibles en ligne (au cas où vous ne l'auriez pas encore compris, les transports au Monténégro c'est un peu l'arrache).
On récupère le numéro de téléphone de la gare de Podgorica : coup de bol, le type qui décroche parle super bien anglais. Il nous confirme qu'il y a un bus à 19h et qu'il reste des sièges, mais qu'il faut se rendre sur place pour réserver.
Il est 17h50, Podgorica est à une heure de Bar, on se met en quête d'un taxi.
On négocie vaguement le prix de la course tout en faisant comprendre au chauffeur qu'on est pressé - le type se prend au jeu et roule comme Samy Naceri sur la Canebière, ne ralentissant que lorsqu'il se retrouve derrière une voiture de police, jetant un regard désolé dans le rétroviseur.
On relâche la prise sur la banquette arrière et on lui indique qu'il peut se détendre.

Il nous dépose à la gare de Podgorica moins de quarante minutes après le départ, établissant probablement un nouveau record au passage.

Il est 18h30, nous sommes au guichet de la gare, le type derrière le comptoir nous apprend qu'il ne reste plus qu'une place pour le bus de 19h. On arrête le chifoumi lorsqu'il nous indique qu'en revanche, il en reste deux pour celui de 20h.

Le destin.

Je vous passe les détails du trajet (si tu as déjà voyagé de nuit en bus TMTC), l'information importante étant que nous sommes arrivés à l'aéroport Nikola Tesla dans les temps et que nous avons eu notre vol sans problème.

Nikola Tesla

Interrail part 8 : Just do it (Grèce)


Infos pratiques

L'entrée du chemin vers la forteresse en ruines se trouve au nord du vieux Kotor - compter trois euros par personne.

Pour les tours en bateau, il vaut mieux se pointer tôt pour choper une place à l'arrière. Ça se trouve facilement en ligne (genre ici) mais il suffit d'arpenter les quais pour tomber dessus. Compter une quinzaine d'euros pour un tour similaire à celui qu'on a fait.

Les taxis sont peu chers mais la circulation est vite infernale dans Kotor, on a dû finir à pied à plusieurs reprises.

Le rooftop où l'on a bu un verre dans le vieux Kotor est celui de l'hôtel Hippocampus.

On a diné au Che Nova - rien de fou-fou mais le cadre est sympa. Il y a plein de restaurants similaires le long des quais.


Posted by osteel on the :: [ voyage interrail montenegro kotor perast ]

Comments