osteel's blog Chroniques d'un autre français à Londres Montréal

Les brefs de décembre

Temples at The Forum (03/12)

De base, je ne suis pas un fan inconditionnel des Temples. J'apprécie comme il se doit "Shelter Song", et "Sun Structures", leur premier album, ne m'est pas déplaisant (j'imagine que si Rough Trade l'a nommé Album Of The Year, il doit y avoir une raison). Ceci dit, je ne serais pas naturellement allé les voir si ce n'était également l'occasion de revoir une amie.

On se retrouve donc à la sortie de Kentish Town Station et gagnons le Forum où nous assistions déjà au fantastique live de Trentemøller un an plus tôt.

La première partie est assurée par les Superfood qui, s'ils ne sont pas désagréables à écouter, ne cassent pas des briques non plus (j'en retiendrai tout de même le morceau "Mood Bomb").

Puis viennent les Temples, qui prennent place sous un grand écran sur lequel sont projetées des images psychédéliques produites par un artiste vidéo planqué dans un coin de la scène.
Ils jouent deux-trois morceaux qui passent plutôt bien avant d'être rejoints par un orchestre (pas moins de six personnes, mélangeant cuivres et cordes), ce qui me fait alors penser que les choses sont sur le point de prendre une tournure intéressante.

Ce sera malheureusement le climax de mon intérêt, l'orchestre s'avérant parfaitement inaudible.

Temples

A photo posted by Yannick Chenot (@osteel) on

En définitive, la performance des Temples m'aura paru un brin répétitive (tout comme celle de l'artiste vidéo, qui ne m'a pas spécialement impressionné), l'attitude un peu blasée du chanteur aura fini par m'agacer, et les problèmes de son auront probablement réduit la qualité du show de manière significative.

Ceci dit, il semble que les groupes de rock psyché ne me réussissent pas vraiment et, après la déception procurée par les Fat White Family, j'ai décidé de tirer les conséquences de ces échecs en me retirant de la liste des spectateurs du genre.
C'est p't'être juste pas mon truc.

Samaris at the Hoxton Bar and Kitchen (08/12)

Samaris

A photo posted by Yannick Chenot (@osteel) on

C'est désormais prouvé : il y a une communauté islandaise à Londres, et une partie se trouve au Hoxton Bar and Kitchen ce soir pour le concert des Samaris. C'est la quatrième fois en un an que je vois la formation trip-hop (j'en parle d'ailleurs ici) et, si la magie est toujours là, je commence un peu à connaître le set par coeur. C'est aussi peut-être l'effet de la tournée, assez chargée, mais je les trouve un peu moins chaleureux que d'habitude, les petites blagues timides de la chanteuse se faisant plus rares.

Le concert reste très agréable néanmoins ; j'attendrai cependant désormais qu'ils sortent un nouvel album avant de les revoir.

MONO at the Islington Assembly Hall (10/12)

MONO

A photo posted by Yannick Chenot (@osteel) on

Nouveau concert, nouvelle communauté : ce soir, ce sont les japonais de Londres qui se sont déplacés en nombre pour voir MONO, formation post-rock de Tokyo.

Les MONO proposent un son uniquement instrumental, souvent proche du classique, et poussent d'ailleurs leur mutisme jusqu'au bout, puisqu'ils ne prononceront pas un seul mot de toute la prestation.
Aucun snobisme ici : ce qu'ils ont à transmettre se passe tout simplement de paroles.

Ils déroulent impeccablement leurs longs morceaux oniriques, avec beaucoup de sobriété.

Rien à redire.

Esben And The Witch at the Lexington (28/12)

Esben And The Witch

A photo posted by Yannick Chenot (@osteel) on

Comme un nombre assez incroyable d'autres talents, les Esben And The Witch nous viennent de Brighton. Emmenés par Rachel Davies, ils proposent un rock indé à tendance post-rock, du genre à te faire "phaser", comme le disent si bien ma petite soeur et sa pote qui m'accompagnent au Lexington ce soir.
Davies est un petit bout de femme qui en impose direct, claquant des lignes de basse vénères et installant le silence lorsqu'elle chante seule, pourtant pas dotée d'une voix particulièrement puissante ni toujours parfaitement juste (sans que ce soit jamais réellement gênant, mais plutôt ajoutant à la particularité de leur style).
J'avais hâte d'entendre l'excellent "No Dog" en live, et je n'ai pas été déçu.

Le show est nuancé, bien équilibré, et la montée sur scène d'un trompettiste pour les quinze minutes de "The Jungle", dernier morceau de la setlist, est une bonne surprise qui vient achever une performance plus que convaincante.

Les Esben And The Witch clôturent ainsi une année particulièrement riche en concerts, probablement la plus chargée à ce jour (46 d'après Songkick, et 5 festivals. 2013 n'étant pas loin derrière avec 43 shows et 3 festivals). Nous verrons bien de quoi 2015 sera faite à ce niveau mais, si ce record sera probablement difficile à battre, nul doute que mes bouchons Acoufun ont encore quelques années de cotisation avant de pouvoir penser à la retraite.

Posted by osteel on the :: [ live music temples samaris mono esbenandthewitch theforum hoxtonbarandkitchen islingtonassemblyhall thelexington ]

Comments