osteel's blog Chroniques d'un autre français à Londres Montréal

Costa Rica part 6 : La Fortuna


Costa Rica part 5 : couleurs café


Jeudi 28 mars 2019

Assis à l'arrière d'un taxi, nous regardons défiler les rues du centre encore endormi de La Fortuna - ses commerçants et ses tour-opérateurs, levant les rideaux des boutiques et sortant tranquillement leurs stop-trottoirs - puis nous nous engageons sur la Calle 506, en direction du volcan Arenal.

Arrivés relativement tard la veille, nous avons d'abord déposé nos affaires chez notre hôte en périphérie de la ville, puis nous sommes sortis dîner au centre de la petite agglomération qui, en toute honnêteté, ne nous a pas fait grande impression.

Là où Santa Elena était touristique mais dans un style plutôt backpackers, la succession de bars et de restaurants débordant de touristes donnent davantage à La Fortuna un côté village vacances auquel nous ne nous attendions pas forcément. Santa Elena est un véritable village costaricain, avec son lot d’auberges et d’offices du tourisme certes, mais aussi avec des écoles et des églises, des bureaux de poste et des boulangeries et, surtout, des costaricains. Au centre de La Fortuna, il semble que tout s'articule autour de l'activité touristique, et que les locaux sont surtout derrière les comptoirs des commerces.

À quelques kilomètres de là, après avoir traversé une zone un peu plus résidentielle ayant elle-même progressivement laissé place à une alternance de vergers et de plantations de café, le taxi nous dépose devant le GreenLagoon, un hôtel-spa situé au pied du Cerro Chato, un volcan éteint collé à son imposant voisin, l'Arenal.

La Fortuna 1

La grande majorité des habitants résident à distance raisonnable de ce dernier qui, après l'explosion soudaine et destructrice de 1968, est resté actif de manière quasi quotidienne jusqu'en 2010, alors même qu'il était considéré éteint pendant près de quatre siècles.

L'estomac rempli de gallo pinto, nous avons l'intention de gravir le Cerro Chato et d'admirer les eaux vert émeraude de son lagon, récompense d'une ascension réputée difficile. Les informations que nous avons rassemblées concernant cette dernière sont cependant assez confuses, plaçant tour à tour le curseur entre interdiction officielle et tolérance officieuse, en fonction des personnes interrogées. Quoiqu'il en soit, s'il est effectivement possible de gravir le Cerro Chato, il semblerait que le GreenLagoon en soit l'un des points d'entrée.

Lorsque l'on pose la question au réceptionniste cependant, sa réponse est sans appel : l'accès au volcan est formellement interdit, et quiconque serait surpris à gambader sur ses flancs s'expose à de fortes amendes.

Déçus même si nous savions que l'on risquait d'essuyer un refus, nous nous rabattons alors sur notre plan B, une cascade située à quelques centaines de mètres de là.

La Fortuna 2 La Fortuna 3

L'endroit est plutôt agréable et la possibilité de se baigner est un petit plus, mais la chute d'eau est visiblement privilégiée pour ses qualités d'arrière-plan photogénique, le nombre de selfies au mètre carré étant assez déroutant.

À 18$ l'entrée, ça fait quand même un peu cher la photo de profil Tinder.

Nous regagnons le centre de La Fortuna et, comme l'impossibilité de grimper le Cerro Chato nous a laissé des fourmis dans les jambes, nous réservons un trek sur le volcan Arenal auprès de l'un des tour-opérateurs. Comme nous avons quelques heures à tuer, nous décidons de faire un crochet par El Salto, un petit spot sur la rivière Fortuna où l'on peut se baigner gratuitement et sauter d'une micro-falaise.

La Fortuna 4

Nous déjeunons dans un soda puis récupérons la navette devant nous déposer au départ de notre trek, situé sur le flanc ouest du volcan que l'on contourne par le nord. La randonnée nous permet de découvrir les champs de lave recouverts de mousse et nous fait traverser des morceaux de forêt secondaire, la forêt primaire ayant été dévastée par les diverses éruptions.

La Fortuna 5 La Fortuna 6

La balade est agréable et le panorama est splendide, mais ce qui nous a été vendu comme une randonnée exigeante a finalement des allures de promenade de santé qui nous laisse de nouveau sur notre faim.

La Fortuna 7 La Fortuna 8 La Fortuna 9

La petite excursion se termine par une baignade dans des sources chaudes, agrémentée d'un « cocktail » local préparé par notre guide, puis nous passons le reste de la soirée au centre de La Fortuna, entre IPA costaricaine et sushis en forme de volcan.

La Fortuna 10

En définitive, La Fortuna nous aura laissé un petit goût de superficiel, scène d'un type de tourisme qui ne nous correspond pas forcément. S'il y a définitivement des choses à y voir et à y faire, le choix semble se limiter entre enfreindre la loi pour un véritable challenge d'un côté, et se contenter des sentiers battus pour une exploration de surface de l'autre.

Avec le recul, La Fortuna n'aura définitivement pas été le moment le plus marquant de notre séjour.


Pour aller plus loin


Infos pratiques

Le Cerro Chato est en fait officiellement fermé depuis 1998, mais cette interdiction n'est réellement appliquée que depuis 2017. Au fil de discussions avec les locaux, il semble que le volcan est en réalité toujours plus ou moins accessible, et qu'il est régulièrement grimpé par des randonneurs. La progression est réputée difficile, voire impossible pendant et/ou suivant un épisode pluvieux, mais le lagon à son sommet semble valoir le détour. Bref, à chacun de décider si il ou elle souhaite braver l'interdit.

El Salto se trouve ici, mais c'est le secret le plus mal gardé de La Fortuna. Tout le monde saura vous dire comment vous y rendre.

Le départ des randonnées du volcan se trouvent ici. Si c'était à refaire, nous n'opterions pas pour une visite guidée. Les sentiers sont faciles à trouver et, même si le guide était fort sympathique et nous a donné quelques informations en chemin, la valeur ajoutée est au final assez limitée.

Les sources chaudes gratuites se trouvent ici, en face des sources chaudes de Tabacón. L'endroit n'est pas éclairé, allez-y donc avant la tombée de la nuit ou prévoyez des lampes ou des bougies (comme semblent le faire les locaux, en témoignent les nombreuses traces de cire que l'on trouve un peu partout sur les rochers).

Enfin, si nous avons à peu près réussi à nous débrouiller avec les taxis et les navettes des agences de tourisme, avoir une voiture sur place est définitivement un plus.


Posted by osteel on the :: [ voyage costarica lafortuna arenal ]

Comments