osteel's blog Chroniques d'un autre français à Londres Montréal

MONO à l'Electric Ballroom (06/11/15)

Parfois dans la vie, il faut faire des choix. Thé ou café, pilule bleue ou pilule rouge, l'aile ou la cuisse.

Mironton ou Barjabulle.

Ou encore, aller voir The Ocean ou se rendre aux leaving drinks de ses potes.

C'est ce dernier dilemme qu'il me faut résoudre ce soir, mais sachant que 1. j'ai déjà vu The Ocean, 2. ils ne font qu'assurer la première première partie de la soirée et 3. j'aime quand même bien boire des bières avec les copains, je ne réfléchis pas trop longtemps et file au bar lever mon verre.

J'arrive donc à l'Electric Ballroom alors que les Sólstafir viennent de monter sur scène.
La deuxième première partie, donc.
Ils sont islandais, chantent dans leur langue natale, sont tous barbus et/ou ont les cheveux longs et portent des chapeaux de cow-boy. En gros, c'est un peu comme si Ragnar Lothbrok et ses potes décidaient de monter un groupe après un petit séjour inspirant au Texas.
À tel point qu'ils utilisent même du banjo pour certains morceaux, comme le très sympathique Ótta.

Sólstafir

A photo posted by Yannick Chenot (@osteel) on

Les Sólstafir font donc du rock'n roll atmosphérique islandais ce qui, comme on pourrait le suspecter avec une telle étiquette, donne un son tout à fait original et loin d'être inintéressant.

C'est même franchement plutôt cool.

Le frontman Addi est assez loquace et aime bien déconner au micro, et il nous fait entre autres part d'une petite anecdote relatant le fait que, quelques années auparavant, il se tenait au même endroit que nous, dans cette salle, rond comme une queue de pelle à écouter quelque DJ, et s'est dit :

"One day, I'm gonna play on that stage and the place will be fucking packed. And guess what? Today I'm playing on that stage, and it's fucking packed."

Sacré Addi.

Il contraste un peu avec le groupe suivant et tête d'affiche de la soirée, MONO, formation post-rock de Tokyo dont j'ai déjà brièvement parlé ici. En effet, ils ne sont pas franchement connus pour leur verbiage mais, encore une fois, ce n'est pas tellement ce qu'on leur demande et leur musique s'exprime très bien pour eux.

MONO <3

A photo posted by Yannick Chenot (@osteel) on

En vérité, je suis incapable de différencier les albums ou même simplement d'identifier les extraits joués (sauf le magnifique Ashes In The Snow), mais peu importe, chaque morceau a cette capacité à te prendre par la main et à t'emmener loin, très loin, tout en te chatouillant les tripes et le coeur.

J'ai bien cru qu'ils allaient de nouveau partir sans faire vibrer une seule corde vocale, mais Takaakira Goto prononce finalement quelques mots à la conclusion du set.

J'ai pas tout compris, mais on apprécie tout de même l'effort.

Et si tu ne sais pas qui est Ragnar Lothbrok, file donc mater Vikings en vitesse.

Posted by osteel on the :: [ live music electriballroom solstafir mono ]

Comments