osteel's blog Chroniques d'un autre français à Londres Montréal

Interrail part 1 : morilles dans la brume (République Tchèque, Slovaquie)

Samedi 2 septembre 2017

Ostrava, République Tchèque

Il est 16h45, une épaisse couche de nuages surplombe l'aéroport d'Ostrava, il fait quatorze degrés. On m'avait dit que ce serait encore l'été en Europe de l'est, du coup je suis en short et en t-shirt et je n'ai pas très chaud. Après quelques minutes, le tapis roulant consent à me rendre mon sac duquel je retire mon hoodie avant que nous nous enquérions des différentes possibilités pour rejoindre le centre-ville.

Ostrava est le point de départ d'un séjour Interrail de deux semaines et demie au cours duquel nous avons prévu de traverser six pays, de la République Tchèque à la Grèce, en passant par la Slovaquie, La Hongrie, la Serbie et le Monténégro.

Le principe est qu'un billet de train unique vous permet d'emprunter le réseau ferroviaire des trente pays participants (du continent européen), de manière illimitée et sur une période définie, sans frais supplémentaires ou presque.
On a planifié notre séjour dans les grandes lignes, réservant quelques hôtels ainsi que nos vols aller et retour, ce dernier au départ d'Athènes.

On retire quelques couronnes tchèques pour acheter un billet de train devant nous emmener au centre, et à bord duquel un local fort sympathique ayant vécu douze ans à Birmingham s'assure que l'on descende à la bonne station.

Car niveau compréhension, c'est effectivement pas gagné : d'autres passagers discutent dans le wagon, je comprends absolument que dalle, et l'on a déjà pu constater que peu de gens parlent anglais. Il m'est d'ailleurs impossible de me rappeler la dernière fois que j'ai voyagé sans pouvoir me faire comprendre facilement... comme quoi l'anglais apporte un certain confort.

Nous descendons à Hlavní Nádraží, qui est la gare d'où nous repartons le lendemain matin : on ne reste à Ostrava que pour la soirée, et nous réservons directement un train pour notre prochaine destination, Poprad, au nord de la Slovaquie. Sur présentation de notre billet Interrail, on nous demande de régler les frais de réservation : même si notre ticket est valable à peu près partout, dans certains cas un supplément est en effet demandé, notamment lorsque la réservation est obligatoire (ce qui en l'occurrence ne nous a couté que 3-4€ par personne).

On a pris une chambre d'hôtel pas loin de la gare qui, fidèle à une certaine tradition, se trouve dans un quartier bien ghetto. On dégote tout de même un excellent gastro pub abordable pas loin, le Loft Restaurant, qui fait des plats locaux. Si d'aventure vous vous retrouvez du côté de la gare Hlavní Nádraží avec une fringale, allez-y.

Dimanche 3 septembre 2017

Hautes Tatras, Slovaquie

Gare d'Ostrava

Il est dix heures, on boit un café dans le hall en attendant que notre train soit annoncé. Il entre finalement en gare quai 4-1, au bord duquel un couple se galoche comme si c'était la dernière fois.

"Votre attention s'il vous plait..."

Après un trajet fort confortable de trois heures au cours duquel l'on a notamment poliment refusé la bouteille de whisky tendue par notre sympathique voisin, revenant du marathon d'Ostrava et ayant visiblement envie de fêter ça, nous arrivons à Poprad, au pied du massif des Tatras.

On fait quelques courses au supermarché du coin et on book un train pour Bratislava pour le mardi suivant, avant de monter à bord du TEŽ, un genre de tram old school en direction de Vyšné Hàgy. La commune est nichée en bordure des Hautes Tatras, une chaine de montagnes, où nous avons prévu de passer une paire de jours, et de notamment y faire un trek toute la journée du lendemain.

Poprad Poprad. Mouais, bon.

Le tram monte tranquillement, s'arrêtant régulièrement à des micro-gares tout à fait charmantes, croisant de vieux trains et laissant apercevoir des champs et des troupeaux de moutons entre les rangées d'épicéas.

Tatras 1 Tatras 2 Tatras 3 Tatras 4 XXL, le plus petit bar du monde (environ 12㎡). Un certain sens de l'humour.

Le ciel est toujours chargé et la météo annonce de possibles chutes de neige pour le lendemain, ce à quoi on ne s'attendait pas du tout : nous pensions très naïvement qu'il ferait beau tout au long de notre trip et n'avons pas grand chose d'étanche ni de très chaud.

On récupère les clés de notre appartement avec vue et on chausse nos trainers pour une petite balade en forêt, histoire d'avoir un premier aperçu de ce qui nous attend le lendemain.

Balcon Vue sur la montagne. Quand y'a pas la purée de pois, quoi.

On suit un sentier balisé et le brouillard s'épaissit à mesure que l'on s'enfonce dans les bois ; il n'y pas un chat, très peu de bruit, on n'y voit à peine plus de dix mètres, l'ambiance est digne d'un bon vieux slasher.

Forêt 1 Forêt 2 Forêt 3

On rebrousse chemin au bout d'une heure d'ascension pour s'assurer de rentrer avant la tombée de la nuit, néanmoins satisfaits par cet avant-goût prometteur.

Forêt 4 Forêt 5

Interrail part 2 : quand te reverrai-je (Slovaquie)


Infos pratiques

On n'a pas bien fait nos devoirs avant de débarquer mais les différents moyens d'aller et venir depuis l'aéroport d'Ostrava sont évidemment indiqués sur le site. Le train nous a couté 1.5€ par personne environ.

Le Loft restaurant à Ostrava fait partie de l'hôtel City City.

Encore un truc qu'on ignorait mais le TEŽ à Poprad est calé sur les horaires des grands trains, du coup on aurait pu le prendre directement en arrivant. Le pass Interrail est aussi valide pour les trajets en TEŽ (mais ça ne coute pas grand chose de toute façon et si j'ai bien compris on peut acheter des tickets par SMS. Les mecs sont dans le turfu).


Posted by osteel on the :: [ voyage interrail republiquetcheque slovaquie ]

Comments