osteel's blog Chroniques d'un autre français à Londres Montréal

Sleigh Bells au Electric Ballroom (22/02/17)

Il y a au moins deux choses qui peuvent laisser un peu circonspect lorsqu'il s'agit des Sleigh Bells, un duo new-yorkais.

La première est qu'ils sont trois sur scène.

La deuxième est leur style musical, la noise pop, mais le terme prend en général tout son sens lorsque l'on prête une oreille à ce qu'ils font :

Et encore plus lorsque l'on sait que Alexis Krauss, la frontwoman, a des antécédents en matière de groupe teen pop, et que Derek Edward Miller, la composante à cordes du duo, officiait dans le groupe post-hardcore Poison The Well par le passé.

De là où je suis dans la fosse du Electric Ballroom, je suis d'ailleurs bien incapable de distinguer les deux guitaristes, tant leur style et leur gestuelle sont similaires, mais aussi à cause de la dose de fumée qui n'aide pas tellement à y voir plus clair.

Sleigh Bells - #gig #london #music #live #camden #sleighbells

A post shared by Yannick (@osteel) on

Je ne saurai donc jamais où se trouvait Miller.

Le show n'est pas sold out mais le Electric Ballroom est quasiment plein, et pour être honnête, je m'attendais un peu à ce que le public soit majoritairement composé de minettes.
Une hypothèse qui s'avère donc fausse.

Il y en a quand même au moins une, juste devant moi, apparemment absolument ravie d'être là, et qui le manifeste en sautillant dans tous les sens, avec son gros sac à main et ses cheveux attachés façon plumeau (je vous laisse deviner qui faisait l'étagère).

J'arrive quand même à entrevoir la scène de temps en temps, depuis laquelle Alexis Krauss gère pour ainsi dire le show à elle toute seule, les deux gratteux versant plutôt dans la discrétion et la sobriété, là-bas, dans le brouillard.

Krauss a un petit côté rock'n roll sympa, probablement un peu surjoué par moment mais qui fonctionne assez bien. Elle poussera même le vice jusqu'à s'offrir un petit slam, juste avant le rappel :

Sleigh Bells - #gig #london #music #live #camden #sleighbells #crowdsurfing

A post shared by Yannick (@osteel) on

Niveau setlist, sans pouvoir prétendre être un expert de leur discographie, il semble que leur récent album Jessica Rabbit ait été particulièrement mis en avant, avec quelques anciens tubes dont Comeback Kid (le morceau inséré en début d'article, et via lequel j'ai initialement découvert le groupe).

Dans tous les cas, le set était plutôt cool et, pour quinze balles, ça valait vraiment la peine de se déplacer.

Je vous laisse avec I Can Only Stare, faisant partie de mes extraits favoris de Jessica Rabbit :

Posted by osteel on the :: [ live music sleighbells electricballroom camden ]

Comments