osteel's blog Chroniques d'un autre français à Londres Montréal

Bath jour 1 : Aquae Sulis

Lundi 30 mars 2015, 10h, Gare de Paddington.

Le train démarre alors que "Airport Blues" de Arms and Sleepers prend soin de mes tympans. J'ai réservé un siège en wagon quiet et je constate avec satisfaction qu'a priori il ne s'agit pas d'un mensonge.
J'ai un peu plus d'une heure de trajet pour rejoindre Bath : j'en profite pour tenter de mitiger les séquelles d'une nuit agitée et m'installe pour roupiller.

Bath est une ville nichée dans le sud ouest de l'Angleterre, au coeur du Somerset. Elle est principalement réputée pour ses thermes antiques et son architecture, composée en grande partie de bâtiments construits en pierre de Bath, qui n'est pas sans me rappeler la pierre de Caen.

Je viens d'entamer un léger virage professionnel (consistant à lâcher mon permanent contract pour tenter de m'établir en tant que freelance) et ressens le besoin d'une petite coupure pour échapper au rythme infernal de Londres. Bath semble être la candidate idéale : quoi de mieux qu'une thalasso pour recharger les piles ?

J'arrive en milieu de journée et me retrouve avec une demie-heure à tuer avant le checkin de l'hôtel. J'en profite pour m'enfoncer un peu au hasard dans la ville et repérer les lieux.

Premier constat : c'est tout petit, et il semble difficile de s'y perdre. L'architecture romaine est partout, et le centre est majoritairement composé de rues pavées.

Centre de Bath

Centre de Bath

Centre de Bath

Je passe devant les thermes et débouche sur le Circus, cet ensemble de trois bâtiments incurvés formant un cercle autour d'un espace vert, dessiné par John Wood et apparemment inspiré du Colisée. Mon téléphone choisit de me lâcher en plein milieu d'un panorama, me forçant à rejoindre le YMCA, l'hôtel où j'ai booké une chambre.

Mon premier réflex avait été de regarder les disponibilités AirBnB, avant de m'apercevoir que les offres les plus bon marché sont deux fois plus élevées que les hôtels de base. Au YMCA je m'en tire pour une chambre simple à £32, avec salle de bain commune certes mais dans l'ensemble largement suffisant pour mes besoins (si le principe du dortoir ne vous fait pas peur, c'est moitié moins cher - personnellement je savais que je prenais mon laptop donc j'ai privilégié une chambre privée qui ferme à clé).

Une fois mon portable chargé, je me dirige vers le Wild Cafe, endroit que j'avais repéré plus tôt, servant des English Breakfasts, et dont les notes inspirent confiance. Bilan : bonne bouffe, tarifs normaux, le seul bémol revenant à la serveuse qui pourrait être plus aimable.

J'enchaine avec les bains romains, vestiges remarquablement bien conservés des thermes originaux (qui se visitent mais où l'on ne peut se baigner). Je n'avais pas réalisé qu'on était en période de vacances scolaires, ce que j'ai vite compris en démarrant la visite, me retrouvant confronté à des groupes d'élèves français bruyants tous les dix mètres.

Bains romains

Bains romains

La visite coûte £14 (ce qui est assez cher) et comprend un guide audio sans supplément, disponible en français. C'est assez cool, chaque salle disposant de plusieurs numéros à entrer sur le clavier pour écouter l'explication correspondante. Je suis juste un peu surpris du tutoiement et du ton global des commentaires, me donnant l'impression d'être un gamin de 8 ans. Puis je réalise que je ne regarde pas les bons nombres depuis le début et que j'écoute la version jeune public (pour ma défense, le pictogramme correspondant ressemble à un mec de 40 piges. Va falloir revoir l'UI, les gars).

Bains romains - visite

Je vous épargne le contenu de la visite, mais c'est somme toute plutôt intéressant. J'enchaine avec l'Abbaye de Bath, magnifique bâtiment contenant de superbes vitraux dont la fenêtre est (par opposition à ouest - je précise car sinon la phrase sonne chelou), représentant 56 scènes de la vie du Christ.

Abbaye de Bath

Abbaye de Bath

Je traverse ensuite le Guildhall Market, dont la plupart des étales sont en train de fermer, malheureusement.

Guildhall Market

Puis je débouche sur le Pulteney Bridge...

Pulteney Bridge

Pulteney Bridge

…avant de gagner les Sydney Gardens, tout à l'ouest, qui s'avèrent sympas sans casser des briques (je n'ai rien vu qui valait la peine d'être pris en photo). La météo commence à sérieusement devenir dégueulasse, mais j'emprunte tout de même le Kennet & Avon canal que je découvre par hasard, passant dans les Sydney Gardens et longeant Bath jusqu'au sud.

Kennet & Avon canal

Kennet & Avon canal

Kennet & Avon canal

C'est vraiment très mignon, et si un jour je viens habiter à Bath (lol), je sais désormais où j'irais courir. Arrivé au sud-est de Bath et commençant à être pas mal mouillé, je décide de retraverser la ville pour aller me prendre une bière à la Bath Brew House, que j'avais repérée sur Google Maps avant de partir. Le bartender me fait goûter plusieurs pale ales, et j'opte pour la High Wire, au goût légèrement fruité. L'endroit est de type pub moderne, la musique est bien cool (je découvre Band of Skulls au passage), le choix de bières plus que décent et ce qui sort des cuisines n'a vraiment pas l'air dégueux.

High Wire

J'en profite pour prendre quelques notes sur le début de la journée, tandis que la High Wire me met une petite taloche, tout fatigué que je commence à être.

Il est presque 19h quand je sors du bar : je me mets en quête d'un endroit où manger. Je constate rapidement que Bath un lundi soir, c'est pas la folie furieuse, et que la plupart des pubs ne servent plus de bouffe après 18h (et je n'ai ni envie de finir au Burger King, ni de manger seul dans un "vrai" resto). Je repasse par un des quelques passages parsemant le centre, en vain.

Passage de Bath

Je finis par passer devant le Saracens Head en remontant vers le YMCA, dont la carte à l'entrée et les notes sur le web me mettent en confiance.

Ça fera effectivement le job, l'endroit étant chaleureux, de type pub traditionnel, avec peu de monde, et une nourriture loin d'être démente mais tout à fait acceptable (je prends le Taylor Walker Burger). J'accompagne le tout d'une bière locale qui passe bien malgré le fait qu'elle soit servie en cask (ce qui donne cette impression de boire une bière chaude et peu gazeuse, très répandu au UK. Ils l'appellent d'ailleurs la real ale, par opposition à la bière en keg, qui est le type de fût auquel nous sommes habitués en France, notamment).

Je regarde brièvement le match Angleterre - Allemagne des moins de 21 avant de vider les lieux pour rejoindre mon hôtel, alors que les Doves se chargent du background musical.

Posted by osteel on the :: [ bath travel ]

Comments