osteel's blog Chroniques d'un autre français à Londres Montréal

The Book of Mormon au Prince of Wales Theatre (19/05/16)

The Book of Mormon logo Crédit image http://www.bookofmormonlondon.com

Je me suis toujours méfié des comédies musicales.

Pour moi, elles sont synonymes de lycéens américains à la dentition un peu trop parfaite, qui chantent leur vie chiante entre la cafét' et le terrain de foot ; de barbier à la teinture douteuse, presque aussi insipide que sanguinaire ; ou encore, de chorégraphies de Kamel Ouali.

Pas tout à fait ma came, donc.

The Book of Mormon nope

Mais j'habite Londres, sanctuaire européen des comédies musicales (tenons-nous en ici à la définition purement géographique du terme), concentrées autour de Leicester Square et Piccadilly Circus où l'on ne peut faire un pas sans se retrouver nez à nez avec un type qui agite sa pancarte avec plus ou moins de conviction, pour nous orienter vers l'un des innombrables théâtres qui peuplent les environs.
Wicked, The Lion King, The Phantom of the Opera, Matilda, Mamma Mia!… le choix ne manque pas et il semble que l'expérience londonienne ne peut être complète sans un petit détour par l'une de ces productions.

Alors comment concilier ma méfiance instinctive avec ce type de divertissement apparemment incontournable ?

Avec The Book of Mormon, ça ne commençait guère mieux : l'œuvre jouit en effet d'un marketing assez agressif et il ne se passe pas un jour sans que je tombe sur l'une de ses affiches promotionnelles, qu'elle soit placardée dans la rue, dans le métro ou sur le flanc d'un bus.

Et j'aime pas trop quand on me force la main, m'voyez.

Pourtant, si l'on considère que les critiques sont pour ainsi dire unanimement dithyrambiques depuis la toute première représentation du show à Broadway en 2011, et qu'on y ajoute le fait qu'il a été écrit par Trey Parker et Matt Stone (les créateurs de South Park), il y a de quoi attiser la curiosité.

J'ai donc fini par me procurer une paire de tickets pour le spectacle, joué au Prince of Wales Theatre depuis février 2013 (plus d'un mois à l'avance cependant, le show étant en général complet sur plusieurs semaines).

Before The Book Of Mormon. Man, that was a good laugh!

A photo posted by Yannick (@osteel) on

Je reste sur ma réserve lors des premières minutes : c'est sympa, je rigole de temps en temps, mais c'est pas fou-fou non plus. Je redoute un peu l'effet sur-médiatisation et la déception qui l'accompagne souvent.
Mais une fois que l'on entre dans le vif du sujet, mon scepticisme s'envole : je me marre presque constamment.

Concernant le propos, il s'agit bien d'une satire de l'histoire des mormons et de leurs missionnaires actuels : on retrace les origines de la doctrine, sous la forme d'une reconstitution historique un peu cheap mais délicieusement drôle, avant de suivre deux de ses Elders (nom donné au missionnaires mormons) envoyés en Ouganda pour prêcher la bonne parole et tenter de convertir de nouveaux membres.
Mais le discours va en vérité au-delà de ça : c'est non seulement une critique de l'occident vis à vis des pays du sud, de ses préjugés, de ses fantasmes ; mais la comédie est également truffé de messages un peu plus subtils (pas trop quand même) comme le pouvoir du conformisme religieux et, par extension, sociétal ; et de cette forme d'autocensure que ces concepts installent chez les individus.

D'un point de vue purement comédie musicale, les acteurs sont convaincants, les chants sont entrainants et définitivement entêtants (je m'en souviens toujours plus d'un mois après) (Saltelaaaakacityyyy), et un accompagnement musical de qualité est joué par un orchestre niché en-dessous de la scène.
Personnellement, le fait que de nombreux personnages ont un accent américain a grandement facilité ma compréhension, et globalement j'ai trouvé le show très accessible. Le spectacle est insolent (on reconnait sans souci la patte des créateurs de South Park) mais parvient cependant à ne jamais complètement tomber dans la moquerie gratuite.
La religion en prend tout de même pas mal pour son grade (malgré une critique plus nuancée et pas forcément négative dans la dernière partie) et, si vous êtes un fervent croyant, il se peut que certains propos vous choquent.

The Book of Mormon Elders Crédit photo http://www.bookofmormonlondon.com

En définitive, s'agissant de ma première comédie musicale live (à part Grease quand j'avais 12 ans lors d'un voyage scolaire à Londres, et qui ne m'a pas laissé un grand souvenir), et malgré toutes les appréhensions que je pouvais avoir vis-à-vis du genre, je recommande chaudement The Book of Mormon.

Vous risquez sérieusement de passer un bon moment.

Pour réserver, c'est par ici (comme mentionné précédemment en revanche, attendez vous à devoir booker quelques semaines à l'avance).
Comptez au minimum 45£ environ (il doit cependant y avoir moyen de trouver des tickets un peu moins chers via Amazon Tickets, par exemple).

Posted by osteel on the :: [ musical comediemusicale thebookofmormon princeofwalestheatre ]

Comments